Nietzsche - Citations & Contre-citations

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nietzsche - Citations & Contre-citations

Message  Pierre Meur le Jeu 31 Juil - 17:07

Nietzsche - Citations & Contre-citations

Nietzsche ne proposant qu'une vision restreinte à l'individu, ses citations qui courent les rues doivent être remises dans leur contexte restreint. Ce contexte est exempt de générosité à autrui et est l'expression de sa vision du combat perpétuel que l'individu enfermé en lui-même doit livrer contre ce qui n'est pas lui.

Dans une vision humaniste, donc considérant l'homme dans une relation cohérente avec le principe de réciprocité qui implique l'égalité intrinsèque de chaque être humain, je contre-citerai Nietzsche afin de dénoncer ses ambivalences.

Si vous prétendez à être humaniste, dépensez pour l’autre le surplus de force qui vous en dissocie et dont il a tant besoin. Vous ne devez pas devenir un surhomme, vous devez devenir un homme intégré dans une réalité humaine, rien de plus.

Voici la liste des citations sur lesquelles j'ai travaillé ou que je vais travailler. Je suis prêt à le faire sur toute citation de Nietzsche que l'on me soumettra :


Dernière édition par Pierre Meur le Jeu 31 Juil - 18:17, édité 4 fois

Pierre Meur
***

Nombre de messages : 125
Age : 62
Date d'inscription : 27/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Citations de Nietzsche

Message  Pierre Meur le Jeu 31 Juil - 18:18

Nietzsche a écrit:- À lutter avec les mêmes armes que ton ennemi, tu deviendras comme lui.
- Accepter d'autrui qu'il subvienne à des besoins nombreux et même superflus, et aussi parfaitement que possible, finit par vous réduire à un état de dépendance.
- Atteindre son idéal, c'est le dépasser même coupé.
- Beaucoup trop d'hommes viennent au monde : l'Etat a été inventé pour ceux qui sont superflus.
- Ce n'est pas le doute, c'est la certitude qui rend fou.
- Ce qui découle du pessimisme, c'est la doctrine de l'absurdité de l'existence.
- Ce qui détruit les illusions, les siennes et celles des autres, la nature le punit avec toute la rigueur d'un tyran.
- Ce qui me bouleverse, ce n'est pas que tu m'aies menti, c'est que désormais, je ne pourrai plus te croire.
- Ce qui m'importe, c'est l'éternelle vivacité et non pas la vie éternelle.
- Ce qui se paie n'a guère de valeur ; voilà la croyance que je cracherai au visage des esprits mercantiles.
- Ce qu'on fait n'est jamais compris mais seulement loué ou blâmé.
- Celui qu'entoure la flamme de la jalousie, celui-là en fin de compte, pareil au scorpion, tourne contre lui-même son dard empoisonné.
- Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour lui-même est un esclave, qu'il soit d'ailleurs ce qu'il veut : politique, marchand, fonctionnaire, érudit.
- C'est de nos vertus que nous sommes le mieux punis.
- C'est perdre de sa force que compatir.
- Dans la plupart des amours, il y en a un qui joue et l'autre qui est joué ; Cupidon est avant tout un petit régisseur de théâtre.
- Danses avec les pieds, avec les idées, avec les mots, et dois-je aussi ajouter que l'on doit être capable de danser avec la plume ?
- Dès que l'homme s'est parfaitement identifié à l'humanité, il meut la nature entière.
- Dieu a aussi son enfer : c'est son amour des hommes.
- Doué d'une vue plus subtile, tu verras toutes les choses mouvantes.
- Et souvent il y a plus de bravoure à se retenir et à passer : pour se réserver pour un ennemi plus digne.
- Évaluer, c'est créer : écoutez donc, vous qui êtes créateurs ! C'est l'évaluation qui fait des trésors et des joyaux de toutes choses évaluées.
- Expérimenter, c'est imaginer.
- Faible serait l'attrait de la connaissance, s'il n'y avait pas tant de pudeur à vaincre pour y parvenir.
- Il est bien des choses que je veux une fois pour toutes, ne point savoir. La sagesse fixe des limites même à la connaissance.
- Il est difficile de vivre avec des humains, parce qu'il est difficile de se taire.
- Il est plus facile de s'arranger avec sa mauvaise conscience qu'avec sa mauvaise réputation.
- Il est possible de vivre sans se souvenir et de vivre heureux, comme le démontre l'animal, mais il est impossible de vivre sans oublier.
- Il faut deviner le peintre pour comprendre l'image.
- Il faut quitter la vie comme Ulysse quitta Nausicaa - en la bénissant plus qu'en l'aimant.
- Il faut savoir se perdre pour un temps si l'on veut apprendre quelque chose des êtres que nous ne sommes pas nous-mêmes.
- Il n'y a qu'un seul monde et il est faux, cruel, contradictoire, séduisant et dépourvu de sens. Un monde ainsi constitué est le monde réel. Nous avons besoin de mensonges pour conquérir cette réalité, cette "vérité".
- Il suffit de forger des noms nouveaux, de nouvelles appréciations et de nouvelles probabilités pour créer à la longue aussi des "choses" nouvelles.
- Je fais cas d'un philosophe dans la mesure où il est capable de fournir un exemple.
- Je suis trop fier pour croire qu’un homme m’aime. Cela supposerait qu’il sache qui je suis.
- Jusqu'à ce jour rien de ce qui donne de la couleur à l'existence n'a encore eu son histoire.
- L’ami doit être passé maître dans l’art de deviner et dans l’art de se taire.
- L’homme a besoin de ce qu’il y a de pire en lui s’il veut parvenir à ce qu’il a de meilleur.
- La connaissance tue l'action, pour agir il faut que les yeux se voilent d'un bandeau d'illusion.
- La croyance que rien ne change provient soit d'une mauvaise vue, soit d'une mauvaise foi. La première se corrige, la seconde se combat.
- La cruauté est le remède de l'orgueil blessé.
- La culture, c'est avant tout une unité de style qui se manifeste dans toutes les activités d'une nation.
- La femme n'est pas encore capable d'amitié : elle ne connaît que l'amour.
- La foule est une somme d'erreurs qu'il faut corriger.
- La métaphysique, la morale, la religion, la science, sont considérées comme des formes diverses de mensonge : il faut leur aide pour croire à la vie.
- La mission suprême de l'art consiste à libérer nos regards des terreurs obsédantes de la nuit, à nous guérir des douleurs convulsives que nous causent nos actes volontaires.
- La morale n'est qu'une interprétation - ou plus exactement une fausse interprétation - de certains phénomènes.
- La perspective certaine de la mort pourrait mêler à la vie une goutte délicieuse et parfumée d'insouciance - mais, âmes bizarres d'apothicaires, vous avez fait de cette goutte un poison infect, qui rend répugnante la vie toute entière !
- La résolution chrétienne de considérer le monde comme laid et mauvais a rendu le monde laid et mauvais.
- La sottise chez les femmes, c'est ce qu'il y a de moins féminin.
- La souffrance d'autrui est chose qui doit s'apprendre.
- La terre a une peau et cette peau a des maladies ; une de ces maladies s'appelle l'homme.
- La terre est comme la poitrine d'une femme : utile autant qu'agréable.
- La vanité d’autrui n’offense notre goût que lorsqu’elle choque notre propre vanité.
- La vérité est une femme : ses voiles, ses pudeurs et ses mensonges lui appartiennent essentiellement.
- L'admiration d'une qualité ou d'un art peut être si forte qu'elle nous empêche de nous efforcer d'en obtenir la possession.
- L'art et rien que l'art, nous avons l'art pour ne point mourir de la vérité.
- L'artiste a le pouvoir de réveiller la force d'agir qui sommeille dans d'autres âmes.
- L'auteur doit céder la parole à son oeuvre.
- Le bonheur, quel qu'il soit, apporte air, lumière et liberté de mouvement.
- Le christianisme a donné du poison à boire à Eros. Il n'en est pas mort, mais il a dégénéré en vice.
- Le concubinage, lui aussi, a été corrompu - par le mariage.
- Le désir est signe de guérison ou d'amélioration.
- Le droit des autres est une concession faite par notre sentiment de puissance au sentiment de puissance de ces autres.
- Le poison dont meurt une nature plus faible est un fortifiant pour le fort.
- Le royaume des cieux est un état du coeur.
- Le sérieux, ce symptôme évident d'une mauvaise digestion.
- Le théâtre, ce n'est jamais qu'une manifestation au-dessous de l'art, quelque chose qui s'adapte au goût des masses, lorsqu'on le fausse pour elles.
- L'effort des philosophes tend à comprendre ce que les contemporains se contentent de vivre.
- L'enfance est innocence mais aussi négligence, c'est un recommencement, un jeu, une roue libre, un premier mouvement, un Oui Sacré.
- Les avocats d'un criminel sont rarement assez artistes pour utiliser, au profit du coupable, la beauté terrible de son acte.
- Les convictions sont des ennemis de la vérité plus dangereux que les mensonges.
- Les convictions sont des prisons.
- Les femmes deviennent par amour tout-à-fait ce qu'elles sont dans l'idée des hommes dont elles sont aimées.
- Les hommes d'action roulent comme roule la pierre, conformément à l'absurdité de la mécanique.
- Les métaphysiciens, ces albinos de la pensée, les plus blêmes parmi les êtres pâles.
- Les plus grands naissent posthumes.
- Les unions qui sont conclues par amour ont l'erreur pour père et la nécessité pour mère.
- L'étroite voie de notre ciel propre passe toujours par la volupté de notre propre enfer.
- L'homme souffre si profondément qu'il a dû inventer le rire.
- L'homme véritable veut deux choses : le danger et le jeu. C'est pourquoi il veut la femme, le jouet le plus dangereux.
- Limites de notre ouïe - On n'entend que les questions auxquelles on est en mesure de trouver une réponse.
- L'injustice ne se trouve jamais dans les droits inégaux, elle se trouve dans la prétention à des droits égaux.
- Ma seule ambition de poète est de recomposer, de ramener à l'unité, ce qui n'est que fragment, énigme, effroyable hasard.
- Méfiez-vous de tous ceux en qui l'instinct de punir est puissant.
- Ne faut-il pas commencer par se haïr, lorsque l'on doit s'aimer.
- Ne pas confondre : les comédiens périssent faute d'être loués, les hommes vrais faute d'être aimés.
- Ne sais-tu pas que dans chacune de tes actions, l'histoire entière du devenir se répète en abrégé ?
- Ne vaut-il pas mieux tomber entre les mains d'un meurtrier que dans les rêves d'une femme en rut ?
- Nombreux sont opiniâtres en ce qui touche la voie une fois prise, peu en ce qui touche le but.
- Nos défauts sont les yeux avec lesquels nous voyons l'idéal.
- Notre caractère est déterminé par l'absence de certaines expériences plus encore que par celles que l'on fait.
- Nous avons la ressource de l'art de peur que la vérité ne nous fasse périr.
- Nous cependant, nous voulons être les poètes de notre vie, et cela avant tout dans les plus petites choses quotidiennes.
- Nous ne croyons pas que la vérité reste encore vérité quand on lui enlève ses voiles.
- Nous ne nous sommes jamais cherchés - comment donc se pourrait-il que nous nous découvrions un jour?
- Nul ne ment autant qu'un homme indigné.
- Observer la démarche des plus belles Anglaises : on ne trouve en aucun pays du monde de plus beaux canards ni de plus beaux dindons...
- On commence à deviner ce que vaut quelqu'un quand son talent faiblit, quand il cesse de montrer ce qu'il peut. Le talent peut être un ornement, et l'ornement une cachette.
- On s'est mis d'accord pour considérer qu'avoir beaucoup de critiques, c'est un succès.
- Parler beaucoup de soi est un moyen de se dissimuler.
- Parmi toutes les variétés de l'intelligence découvertes jusqu'à présent, l'instinct est, de toutes, la plus intelligente.
- Personne peut-être n'a jamais été assez sincère pour définir la sincérité.
- Peu de gens sont faits pour l'indépendance, c'est le privilège des puissants.
- Peut-être même dans le fameux amour maternel y a-t-il une bonne part de curiosité.
- Quel est le grand dragon que l'esprit ne veut plus appeler ni Dieu ni maître ? "Tu dois" s'appelle le grand dragon. Mais l'esprit du lion dit : "Je veux".
- Qui trop combat le dragon devient dragon lui-même.
- Qui voit peu voit toujours trop peu ; qui entend mal entend toujours quelque chose de trop.
- Rêver de la vie, c'est justement ce que j'appelle : "être éveillé".
- Rien de bon n'est jamais sorti des reflets de l'esprit se mirant en lui-même. Ce n'est que depuis que l'on s'efforce de se renseigner sur tous les phénomènes de l'esprit en prenant le corps pour fil conducteur, que l'on commence à progresser.
- Seul ce qui ne cesse de nous faire souffrir reste dans la mémoire.
- Si nous nous trouvons tellement à l'aise dans la pleine nature, c'est qu'elle n'a pas d'opinion sur nous.
- Si tu plonges longtemps ton regard dans l'abîme, l'abîme te regarde aussi.
- Si vous ne pouvez être des saints de la connaissance, soyez-en au moins les guerriers.
- Tant que la vie est ascendante, bonheur et instinct sont identiques.
- Tout acte exige l'oubli.
- Toute Eglise est la pierre sur le tombeau d'un Homme-Dieu ; elle veut à tout prix l'empêcher de ressusciter.
- Toute l'histoire du monde se conçoit comme la biographie d'un seul homme.
- Toute vertu a des privilèges, par exemple celui d'apporter au bûcher d'un condamné son petit fagot à soi.
- Tu dois devenir l'homme que tu es. Fais ce que toi seul peux faire. Deviens sans cesse celui que tu es, sois le maître et le sculpteur de toi-même.
- Un animal grégaire, un être docile, maladif, médiocre, l'Européen d'aujourd'hui !
- Un concept est une invention à laquelle rien ne correspond exactement, mais à laquelle nombre de choses ressemblent.
- Une âme délicate est gênée de savoir qu'on lui doit des remerciements, une âme grossière, de savoir qu'elle en doit.
- Une heure d'ascension dans les montagnes fait d'un gredin et d'un saint deux créatures à peu près semblables. La fatigue est le plus court chemin vers l'égalité, vers la fraternité. Et durant le sommeil s'ajoute la liberté.
- Une oeuvre d'art n'est lisible que par approfondissements successifs.
- Veux-tu avoir la vie facile ? Reste toujours près du troupeau, et oublie-toi en lui.
- Vivre de telle sorte qu'il te faille désirer revivre, c'est là ton devoir.


Dernière édition par Pierre Meur le Dim 28 Sep - 6:25, édité 13 fois

Pierre Meur
***

Nombre de messages : 125
Age : 62
Date d'inscription : 27/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

À lutter avec les mêmes armes que ton ennemi, tu deviendras comme lui

Message  Pierre Meur le Jeu 31 Juil - 18:32

Nietzsche a écrit:"À lutter avec les mêmes armes que ton ennemi, tu deviendras comme lui".

Remarque : Nietzsche refusant de reconnaître chez l’autre, une potentialité de noblesse d’âme comparable à la sienne, voit dans le protocole du “combat”, proposé par son adversaire supposé, un nivellement par le bas qui est la marque même de sa médiocrité. Ce que signifie cette citation est en fait : “Tu n’as rien à gagner en fréquentant le sous-homme. Tu ne peux que corrompre ta perfection dans tout relation que tu pourrais entretenir avec lui”. Si sa mère avait pensé comme Nietzsche, en cohérence, elle aurait dû l’avorter.

Contre-citation humaniste : "Ce n'est pas le choix de l'arme qui est l'erreur, c'est le choix de la lutte qui l'est, car c'est l'aveu que nous voyons dans l'autre un ennemi potentiel plutôt qu'un allié potentiel".

ou

"Lutter, c'est avouer sa faiblesse à convaincre de la nécessité de s'entendre sur un modus vivendi. Lutter, c'est se résoudre à un échec. Lutter, c’est rester seul en repoussant l’autre”.

Retour à la liste des citations de Nietzsche


Dernière édition par Pierre Meur le Jeu 31 Juil - 18:58, édité 1 fois

Pierre Meur
***

Nombre de messages : 125
Age : 62
Date d'inscription : 27/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Accepter d'autrui qu'il subvienne à des besoins nombreux et même superflus [...]

Message  Pierre Meur le Jeu 31 Juil - 18:33

Nietzsche a écrit:"Accepter d'autrui qu'il subvienne à des besoins nombreux et même superflus, et aussi parfaitement que possible, finit par vous réduire à un état de dépendance".

Remarque : Nietzsche, n’attachant de valeur qu’à sa propre liberté absolue, ne voit dans ce qui l’attache à l’autre qu’une contrainte à sa liberté. Il ignore le terme symbiose, ou pire lui dénie toute valeur.

Contre-citation humaniste : "La dépendance de l'enfant à ses parents est la plus parfaite qui soit. Nier cela, c'est nier la réciprocité qui enjoint l'enfant devenu adulte de répondre à la dépendance parfaite de ses parents devenu vieillards".

Retour à la liste des citations de Nietzsche


Dernière édition par Pierre Meur le Jeu 31 Juil - 19:00, édité 1 fois

Pierre Meur
***

Nombre de messages : 125
Age : 62
Date d'inscription : 27/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Atteindre son idéal, c'est le dépasser même coupé

Message  Pierre Meur le Jeu 31 Juil - 18:34

Nietzsche a écrit:"Atteindre son idéal, c'est le dépasser même coupé".

Remarque : Nietzsche, obligé de reconnaître l’impossibilité de parvenir à l’absolu de l’idéal, reconnaît la faiblesse de son système basé sur le surhomme qui est l’être absolument abouti. Alors, il tergiverse et cherche une porte de sortie.

Contre-citation humaniste : "Aider l'humanité à atteindre l'alliance totale, c'est accepter avec humilité notre rôle limité dans la chaîne des générations".

Retour à la liste des citations de Nietzsche


Dernière édition par Pierre Meur le Jeu 31 Juil - 19:01, édité 1 fois

Pierre Meur
***

Nombre de messages : 125
Age : 62
Date d'inscription : 27/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Beaucoup trop d'hommes viennent au monde : l'État a été inventé pour ceux qui sont superflus

Message  Pierre Meur le Jeu 31 Juil - 18:38

Nietzsche a écrit:"Beaucoup trop d'hommes viennent au monde : l'État a été inventé pour ceux qui sont superflus".

Remarque : Quel aveu de mépris pour l'autre ! Quoi de plus superflu qu'un enfant, pourtant il est l'avenir de l'homme.

Contre-citation humaniste : "L'État doit être la forme la plus aboutie de la solidarité. L'individu est superflu en dehors de la solidarité. Sans la solidarité d'où il est issus, il brille tout seul et meurt tout seul, sa vie n'a pas de sens, il est superflu".

Retour à la liste des citations de Nietzsche


Dernière édition par Pierre Meur le Jeu 31 Juil - 19:04, édité 1 fois

Pierre Meur
***

Nombre de messages : 125
Age : 62
Date d'inscription : 27/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Ce n'est pas le doute, c'est la certitude qui rend fou

Message  Pierre Meur le Jeu 31 Juil - 18:43

Nietzsche a écrit:"Ce n'est pas le doute, c'est la certitude qui rend fou".

Remarque : Ceci explique sans doute la vie de Nietzsche et sa fin tragique !! Rêvant d'être le surhomme, il a su qu'il n'était qu'un homme. Triste déchéance, très humaine pourtant.

Contre-citation humaniste : "C'est croire dans la métaphysique du doute qui est la plus folle des certitudes".

ou

“N'est pas athée qui "croit" l'être”, mais qui "sait" l'être.

Retour à la liste des citations de Nietzsche


Dernière édition par Pierre Meur le Mar 4 Nov - 1:39, édité 1 fois

Pierre Meur
***

Nombre de messages : 125
Age : 62
Date d'inscription : 27/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Ce qui découle du pessimisme, c'est la doctrine de l'absurdité de l'existence

Message  Pierre Meur le Jeu 31 Juil - 19:10

Nietzsche a écrit:"Ce qui découle du pessimisme, c'est la doctrine de l'absurdité de l'existence".

Remarque : D'où l'absurdité de l'existence de Nietzsche, pas de la vôtre, rassurez-vous. Lorsque l'on est individualiste et que l'on voit l'univers graviter autour de son nombril, il est difficile de comprendre la disparition inéluctable du centre de l'univers : soi.

Contre-citation humaniste : "À trop regarder son nombril, on y voit un univers. À regarder l’autre, on découvre l’autre et notre univers s’expanse".

Retour à la liste des citations de Nietzsche

Pierre Meur
***

Nombre de messages : 125
Age : 62
Date d'inscription : 27/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Ce qui détruit les illusions, les siennes et celles des autres[...]

Message  Pierre Meur le Jeu 31 Juil - 19:16

Nietzsche a écrit:"Ce qui détruit les illusions, les siennes et celles des autres, la nature le punit avec toute la rigueur d'un tyran".

Remarque : Quand Nietzsche s'illusionne sur la nature et en fait un tyran à l’image de son surhomme !

Contre-citation humaniste : "La réalité est un fait cohérent dans lequel doit s'inscrire l'humanité. D'où la nécessité d'établir une solidarité tout aussi cohérente".

Retour à la liste des citations de Nietzsche

Pierre Meur
***

Nombre de messages : 125
Age : 62
Date d'inscription : 27/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Ce qui me bouleverse, ce n'est pas que tu m'aies menti, c'est que désormais, je ne pourrai plus te croire

Message  Pierre Meur le Jeu 31 Juil - 19:20

Nietzsche a écrit:"Ce qui me bouleverse, ce n'est pas que tu m'aies menti, c'est que désormais, je ne pourrai plus te croire".

Remarque : Quand Nietzche ne veut voir l'homme que comme un absolu, il ne parvient pas à comprendre sa relativité.

Contre-citation humaniste : "Demander à l'autre ce qu'il ne peut donner, c'est l'obliger à donner autre chose. On apprend à mentir aux enfants en leur demandant de n'être plus des enfants".

Retour à la liste des citations de Nietzsche

Pierre Meur
***

Nombre de messages : 125
Age : 62
Date d'inscription : 27/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Ce qui m'importe, c'est l'éternelle vivacité et non pas la vie éternelle

Message  Pierre Meur le Jeu 31 Juil - 19:25

Nietzsche a écrit:"Ce qui m'importe, c'est l'éternelle vivacité et non pas la vie éternelle".

Remarque : Normal quand on vit comme un immortel avec pourtant la certitude de mourir.

Contre-citation humaniste : "Ce qui importe, ce n'est pas la connaissance acquise, c'est la connaissance transmise".

Retour à la liste des citations de Nietzsche

Pierre Meur
***

Nombre de messages : 125
Age : 62
Date d'inscription : 27/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Ce qui se paie n'a guère de valeur ; voilà la croyance que je cracherai au visage des esprits mercantiles

Message  Pierre Meur le Jeu 31 Juil - 19:33

Nietzsche a écrit:"Ce qui se paie n'a guère de valeur ; voilà la croyance que je cracherai au visage des esprits mercantiles".

Remarque : De quoi vivait Nietzsche ? Suivez son vœu, n'achetez pas un de ses livres.

Contre-citation humaniste : "On ne devrait pas vendre les livres, on devrait les donner. C'est le mépris des écrivains pour leur œuvre qui les fait choisir d'en faire un métier".

Retour à la liste des citations de Nietzsche

Pierre Meur
***

Nombre de messages : 125
Age : 62
Date d'inscription : 27/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Ce qu'on fait n'est jamais compris mais seulement loué ou blâmé

Message  Pierre Meur le Jeu 31 Juil - 19:39

Nietzsche a écrit:"Ce qu'on fait n'est jamais compris mais seulement loué ou blâmé".

Remarque : La décohérence dualiste dans toute sa splendeur ! Ce que nous produisons devient extérieur à nous-même, même notre pensée. Si on offre sa pensée, elle ne nous appartient déjà plus. Si on garde sa pensée, on en est seul juge. Nietzsche louait-il ou blamait-il sa pensée ou le faisait-il avec la pensée de Nietzsche ?

Contre-citation humaniste : "On peut être cause, on ne peut contrôler tous les effets. La meilleure cause est celle qui produit plus d’effets désirables que d’effets indésirables".

Retour à la liste des citations de Nietzsche

Pierre Meur
***

Nombre de messages : 125
Age : 62
Date d'inscription : 27/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Celui qu'entoure la flamme de la jalousie, celui-là en fin de compte, pareil au scorpion, tourne contre lui-même son dard empoisonné

Message  Pierre Meur le Jeu 31 Juil - 19:43

Nietzsche a écrit:"Celui qu'entoure la flamme de la jalousie, celui-là en fin de compte, pareil au scorpion, tourne contre lui-même son dard empoisonné".

Remarque : “Pareil au scorpion jaloux”, voilà bien la définition du surhomme de Nietzsche qui, incapable de reconnaître en l’autre son pareil, s’en méfie jusqu’à la déraison. L’autre lui étant inférieur, son désir se doit d’être soumis à la raison excluante du surhomme. Le surhomme prend ce qui lui est dû, il n’a aucune raison de rendre ce qu’il reçoit puisqu’il est le surhomme, jaloux de ses prérogatives.

Contre-citation humaniste : "Rien de tel qu'un égoïste pour parler de l'égoïsme. On ne parle que de ce que l'on est. Intéressons-nous à ce en quoi les autres sont différent de nous. Parlons des autres, parlons aux autres. Dansons !".

Retour à la liste des citations de Nietzsche

Pierre Meur
***

Nombre de messages : 125
Age : 62
Date d'inscription : 27/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour lui-même est un esclave ...

Message  Pierre Meur le Jeu 31 Juil - 19:53

Nietzsche a écrit:"Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour lui-même est un esclave, qu'il soit d'ailleurs ce qu'il veut : politique, marchand, fonctionnaire, érudit".

Remarque : N’étant capable que d’une pensée absolue, Nietzsche ne produit que des propos absolus. Son regard sur l’autre est unilatéral. Ses médecins auraient-ils du perdre tant de temps à soigner Nietzsche ? L’interaction n’est pas un esclavage, c’est dans le déséquilibre des interactions que se situe l’esclavage et la domination.

Contre-citation humaniste : "Celui qui dispose des deux tiers de sa journée pour être face à lui-même est esclave de lui-même. N'oublions pas de regarder par la fenêtre ce qui n'est pas nous. L'autre nous enrichit".


Vos commentaires :

Par mon épouse qui est plus pragmatique que moi :

“Celui qui dispose des deux tiers de sa journée n'a pas de factures à payer”. Nietzsche broutait-il son jardin ?

ou encore d'Hervé Bazin (toujours proposé par mon épouse) : “Il en a de bonnes ou alors il avait une bonne”.

Retour à la liste des citations de Nietzsche

Pierre Meur
***

Nombre de messages : 125
Age : 62
Date d'inscription : 27/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

C'est de nos vertus que nous sommes le mieux punis

Message  Pierre Meur le Ven 1 Aoû - 1:49

Nietzsche a écrit:"C'est de nos vertus que nous sommes le mieux punis".

Remarque : L'effort ne contraint que celui qui ne considère que la contrainte et non la finalité de l'effort. Pourquoi se contraindre à l’effort dans ce cas. Nietzsche était probablement masochiste.

On pourrait également considéré que Nietzsche parle ici de la vertu ou de l’acte vertueux non reconnu. Les surhomme dont la vertu est égoïste n’a pas être reconnu puisque sa vertu se teinte de mépris pour celui qui ne la possède pas.

Contre-citation humaniste : "Il faut prendre exemple sur la vertu de celui qui aide le plus faible sans lui demander la moindre reconnaissance".

ou

“Croire que la vertu implique le rejet, c'est croire dans le rejet, pas dans la vertu”.

Retour à la liste des citations de Nietzsche

Pierre Meur
***

Nombre de messages : 125
Age : 62
Date d'inscription : 27/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

C'est perdre de sa force que compatir

Message  Pierre Meur le Ven 1 Aoû - 1:52

Nietzsche a écrit:"C'est perdre de sa force que compatir".

Remarque : On a rien sans rien mon petit Freddo. Mais il est exact de dire que nos actes nous demande un effort.

Contre-citation humaniste : "Le plus fort reste-t-il le plus fort ou le plus faible reste-t-il le plus faible ? D'où l'intérêt, très égoïste, de la compassion et de la solidarité.".

Retour à la liste des citations de Nietzsche

Pierre Meur
***

Nombre de messages : 125
Age : 62
Date d'inscription : 27/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Dans la plupart des amours, il y en a un qui joue et l'autre qui est joué ...

Message  Pierre Meur le Ven 1 Aoû - 1:55

Nietzsche a écrit:"Dans la plupart des amours, il y en a un qui joue et l'autre qui est joué ; Cupidon est avant tout un petit régisseur de théâtre".

Remarque : Nietzsche était avant tout le petit régisseur de son théâtre dont il était également le seul public. L'onanisme de Nietzsche est une partouze dont il était le seul participant.

Contre-citation humaniste : "Aimer, c’est aimer. Faire semblant d’aimer, c’est n’aimer réellement que soi".

Retour à la liste des citations de Nietzsche

Pierre Meur
***

Nombre de messages : 125
Age : 62
Date d'inscription : 27/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Danses avec les pieds, avec les idées, avec les mots, ...

Message  Pierre Meur le Ven 1 Aoû - 1:58

Nietzsche a écrit:"Danses avec les pieds, avec les idées, avec les mots, et dois-je aussi ajouter que l'on doit être capable de danser avec la plume ?"

Remarque : Dois-je aussi ajouter que l'on doit être capable de danser avec l'autre sans lui marcher sur les pieds ? Le surhomme n’a que des plaisirs solitaires. La danse avec la plume implique le lecteur comme partenaire.

Contre-citation humaniste : "Danser, c’est toucher l’autre ... à tous les niveaux. Danser seul, c’est ne toucher que soi-même".

Retour à la liste des citations de Nietzsche

Pierre Meur
***

Nombre de messages : 125
Age : 62
Date d'inscription : 27/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Dès que l'homme s'est parfaitement identifié à l'humanité, il meut la nature entière

Message  Pierre Meur le Ven 1 Aoû - 2:02

Nietzsche a écrit:"Dès que l'homme s'est parfaitement identifié à l'humanité, il meut la nature entière".

Remarque : Le mal que fait l’homme à la nature pour la plier à son désir est un viol qu’il commet sur lui-même.

Contre-citation humaniste : "Dès que l'individu intègre la réalité, il s'intrique, au sens quantique, avec elle. Il n'est plus "un", il est "tout", il devient immortel. Vouloir se dissocier de la nature, c’est devenir mortel”.

Retour à la liste des citations de Nietzsche

Pierre Meur
***

Nombre de messages : 125
Age : 62
Date d'inscription : 27/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Dieu a aussi son enfer : c'est son amour des hommes

Message  Pierre Meur le Ven 1 Aoû - 2:06

Nietzsche a écrit:"Dieu a aussi son enfer : c'est son amour des hommes".

Remarque : Le surhomme n’est capable que de s’aimer. Dieu est même capable d’aimer Nietzsche.

Contre-citation humaniste : "L'enfer de l'individu, c'est de se croire Dieu ... et unique".

Retour à la liste des citations de Nietzsche

Pierre Meur
***

Nombre de messages : 125
Age : 62
Date d'inscription : 27/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Doué d'une vue plus subtile, tu verras toutes les choses mouvantes

Message  Pierre Meur le Ven 1 Aoû - 2:08

Nietzsche a écrit:"Doué d'une vue plus subtile, tu verras toutes les choses mouvantes".

Remarque : Le surhomme de Nietzsche s'oppose en qualité à l'homme ordinaire qui, bien entendu, ne mérite que le mépris du surhomme. Le surhomme suppose donc qu’il est capable de mieux voir.

Contre-citation humaniste : "Refermé sur toi-même, tu n'auras accès qu'à la mouvance de ton nombril. La solidarité est une dynamique plus complexe que l'égoïsme. C'est en cela qu'elle demande plus de subtilité".

Retour à la liste des citations de Nietzsche

Pierre Meur
***

Nombre de messages : 125
Age : 62
Date d'inscription : 27/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Et souvent il y a plus de bravoure à se retenir et à passer ...

Message  Pierre Meur le Ven 1 Aoû - 2:12

Nietzsche a écrit:"Et souvent il y a plus de bravoure à se retenir et à passer : pour se réserver pour un ennemi plus digne".

Remarque : "Ne t'opposes qu'à ce qui est digne de toi". Le surhomme est narcissique, bien entendu. Tout en lui est un combat “digne” du samouraï qu'il se voudrait être.

Contre-citation humaniste : "Oser la solidarité et proposer l'alliance ne demande que bravoure sur soi-même".

ou

"La dignité que l'on croit trouver dans son ennemi n'est que la manque de dignité qui nous pousse au combat".

Retour à la liste des citations de Nietzsche

Pierre Meur
***

Nombre de messages : 125
Age : 62
Date d'inscription : 27/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Évaluer, c'est créer : écoutez donc, vous qui êtes créateurs ! ...

Message  Pierre Meur le Ven 1 Aoû - 2:13

Nietzsche a écrit:"Évaluer, c'est créer : écoutez donc, vous qui êtes créateurs ! C'est l'évaluation qui fait des trésors et des joyaux de toutes choses évaluées".

Remarque : Évaluer, certainement, mais par rapport à quelle référence? Celle de l'individualisme, qui ne trouve que trésor et joyaux en lui-même, et qui voit le poison dans ce que peut proposer autrui. Celle de l'humanisme, qui propose le partage, et qui donne et transmet plus qu'il ne prend ?

Contre-citation humaniste : "La mère regardait son enfant, et l'enfant regardait sa mère. Un seul regard partagé, un seul amour partagé".

Retour à la liste des citations de Nietzsche


Dernière édition par Pierre Meur le Mer 3 Sep - 6:08, édité 1 fois

Pierre Meur
***

Nombre de messages : 125
Age : 62
Date d'inscription : 27/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Expérimenter, c'est imaginer.

Message  Pierre Meur le Mer 3 Sep - 9:31

Nietzsche a écrit:"Expérimenter, c'est imaginer.".

Remarque : Quand le surhomme est enfermé en lui-même, son imagination est limitée à ce qu'il est. Quand l'être humain s'ouvre à autrui, cet autrui fut-il le surhomme, sa réalité dépasse son imagination.

Contre-citation humaniste : "Quand l'être humain ouvre les yeux, il voit. Quand il pense, il ouvre son cerveau. Quand il rencontre un autre être humain, il s'ouvre à l'humanité".

Retour à la liste des citations de Nietzsche

Pierre Meur
***

Nombre de messages : 125
Age : 62
Date d'inscription : 27/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nietzsche - Citations & Contre-citations

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum