Les droits des femmes devant les fondamentalismes religieux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les droits des femmes devant les fondamentalismes religieux

Message  Rose le Jeu 14 Aoû - 19:15

Je cite;

« La religion et les droits humains des femmes ».
Prise de position du Lobby européen des femmes (LEF)

Le Lobby européen des femmes (LEF) est une organisation non gouvernementale (ONG) qui regroupe des associations de femmes des 25 États membres de l’Union européenne et des pays en voie d’adhésion et compte 18 organisations à dimension européenne et internationale. « En aucune circonstance, le LEF ne saurait accepter le relativisme culturel pour justifier les violations des droits des femmes au motif que ces violations seraient décrétées par les croyances et la culture et échapperaient dès lors à toute notion de protection des droits humains... » Les recommandations du LEF sont susceptibles d’inspirer les groupes et les personnes qui présenteront des mémoires à la commission Bouchard/Taylor. Lire aussi l’annexe qui présente la résolution adoptée par le Conseil de l’Europe en octobre 2005. -

source
avatar
Rose
*

Nombre de messages : 37
Age : 56
Date d'inscription : 08/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Questions

Message  Pierre Meur le Sam 16 Aoû - 13:47

Rose,

Voilà une citation qui demande des éclaircissement sur ta propre situation par rapport au féminisme avant que nous ne commencions la discussion.

- Comment te définis-tu par rapport au féminisme ? Dirais-tu que tu es modérément féministe, militante engagée, ou encore radicale ?
- Et par rapport à la religion ou/et à Dieu ? Croyante, agnostique, athée, sans avis ?
- Qu'est-ce qu'un homme, qu'est-ce qu'une femme ?
- En dehors du sexe, et de la force physique, existe-t-il des structures mentales différentes chez la femme et chez l'homme ?

Commençons par ces questions.

Pierre Meur
***

Nombre de messages : 125
Age : 62
Date d'inscription : 27/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les droits des femmes devant les fondamentalismes religieux

Message  Rose le Sam 16 Aoû - 16:03

Tu as raison Pierre, commençons par ordre:


Comment te définis-tu par rapport au féminisme ? Dirais-tu que tu es modérément féministe, militante engagée, ou encore radicale ?

Ben comme je n'aime pas trop les termes établis, je préfère dire que je suis pour ce qui est juste, qu'il s'agisse d'un homme ou d'une femme, les droits sur les personnes ne devraient pas d'après moi, faire de différence de sexe.

Et par rapport à la religion ou/et à Dieu ? Croyante, agnostique, athée, sans avis ?

je dirai..... un grand penchant pour l'athéisme, je ne crois pas en Dieu sous la forme que l'homme le représente mais je crois en une force supérieure, est ce que ça fait de moi une athée?

Qu'est-ce qu'un homme, qu'est-ce qu'une femme ?

un être humain, avec un corps, un esprit et cette magie que l'un sans l'autre n'existe pas, donc deux personnes totalement complémentaires.

En dehors du sexe, et de la force physique, existe-t-il des structures mentales différentes chez la femme et chez l'homme ?

Des différences de structures mentales importantes pour la survie de l'homme? Pas vraiment, mais des différences d'ordre pratique
Very Happy
avatar
Rose
*

Nombre de messages : 37
Age : 56
Date d'inscription : 08/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Questions

Message  Pierre Meur le Sam 16 Aoû - 18:04

Rose a écrit:
Pierre Meur a écrit:Comment te définis-tu par rapport au féminisme ? Dirais-tu que tu es modérément féministe, militante engagée, ou encore radicale ?
Ben comme je n'aime pas trop les termes établis, je préfère dire que je suis pour ce qui est juste, qu'il s'agisse d'un homme ou d'une femme, les droits sur les personnes ne devraient pas d'après moi, faire de différence de sexe.
Oui, mais tu dois admettre que le féminisme existe, que donc certaines personnes jugent que la femme doit être défendue et que certaines pensent encore qu'elle ne peut l'être vraiment que dans un collectif de femmes.

- Qu'est-ce qu'un terme établi ?
- Qu'est-ce que la justice, ou le juste milieu ?
- Es-tu contre le féminisme ?
- Es-tu contre les collectifs de femmes ?
- Existe-t-il des instincts qui poussent l'homme à "asservir" la femme, ou l'inverse ?
- Sommes-nous libres de nos instincts ?
- N'est-ce pas, d'une certaine manière, une condescendance de l'homme de s'intéresser au féminisme ?
- Comment appelle-t-on la tendance inverse qui pousserait les hommes à créer des collectifs d'hommes pour lutter contre les abus des femmes contre les hommes, ou pour promouvoir la plus grande liberté des hommes par rapport aux femmes ?
- Pourquoi avoir fourni ce lien sur le LEF ?

Rose a écrit:
Pierre Meur a écrit:Et par rapport à la religion ou/et à Dieu ? Croyante, agnostique, athée, sans avis ?
je dirai..... un grand penchant pour l'athéisme, je ne crois pas en Dieu sous la forme que l'homme le représente mais je crois en une force supérieure, est ce que ça fait de moi une athée?
- Quelle force supérieure ?
- Comment définirais-tu cette force, et sa finalité ?
- Si la religion est liée au concept de Dieu, Dieu est-il lié forcément à la religion ?
- Quelle est la définition de l'athéisme ?
- Quelle est la définition du déisme ?

Rose a écrit:
Pierre Meur a écrit:Qu'est-ce qu'un homme, qu'est-ce qu'une femme ?
un être humain, avec un corps, un esprit et cette magie que l'un sans l'autre n'existe pas, donc deux personnes totalement complémentaires.
- Sans préséance de l'un sur l'autre ?
- Qu'est-ce qui pousse l'homme à exercer cette préséance ?
- Cette préséance était-elle justifiée auparavant et ne se justifie-t-elle plus dans une relation moderne homme/femme ?

Rose a écrit:
Pierre Meur a écrit:En dehors du sexe, et de la force physique, existe-t-il des structures mentales différentes chez la femme et chez l'homme ?
Des différences de structures mentales importantes pour la survie de l'homme? Pas vraiment, mais des différences d'ordre pratique Very Happy
- Peux-tu nous donner des exemples de différences d'ordre pratique ?
- Pourquoi y a-t-il si peu (pour ne pas dire aucun) de viols commis sur des homme par des femmes, en regard de l'inverse ?
- Le sexe modifie-t-il la vision de l'approche homme/femme ?
- Est-ce que cette approche est purement culturelle ?
- Pourrait-on élever une femme dans un esprit machiste ?
- Le féminisme est-il la résultante d'une éducation machiste des femmes ?

Pierre Meur
***

Nombre de messages : 125
Age : 62
Date d'inscription : 27/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les droits des femmes devant les fondamentalismes religieux

Message  Rose le Sam 16 Aoû - 19:46

C'est un interrogatoire qui me donne le tournis Pierre pale trop de questions tuent les questions bom
avatar
Rose
*

Nombre de messages : 37
Age : 56
Date d'inscription : 08/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les droits des femmes devant les fondamentalismes religieux

Message  Pierre Meur le Dim 17 Aoû - 11:33

Rose a écrit:C'est un interrogatoire qui me donne le tournis Pierre pale trop de questions tuent les questions bom

Pourtant, ce sont les questions que je me pose et qui s'enchevêtrent dans ma pensée. Si on veut atteindre un point de neutralité dans le propos, il est indispensable de répondre avec intégrité aux questions qui se présentent.

Veux-tu que je le fasse ? Mais ce seront mes réponses, pas les tiennes.

Pierre Meur
***

Nombre de messages : 125
Age : 62
Date d'inscription : 27/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les droits des femmes devant les fondamentalismes religieux

Message  Pierre Meur le Dim 17 Aoû - 13:40

«En aucune circonstance, le LEF ne saurait accepter le relativisme culturel pour justifier les violations des droits des femmes au motif que ces violations seraient décrétées par les croyances et la culture et échapperaient dès lors à toute notion de protection des droits humains...»

En fait, cette phrase échappe à la réalité, et surtout veut volontairement y échapper. L'oppression des femmes ne peut être résolue que par une éducation de qualité, et cela sur plusieurs générations. Faire le constat de la violence faite aux femmes et s'y opposer radicalement ne peut que renforcer la dictature qu'elles subissent. Comment expliquer autrement la prise de voile de plus en plus systématique des femmes et des filles musulmanes.

Ne pas comprendre que l'individu grandit dans une communauté d'idées et que ces idées sont prépondérantes dans sa façon de penser. Lorsque l'on insulte la religion d'un individu, il y a deux réactions possibles : soit il sort de sa religion, soit son sentiment religieux et communautaire se renforce. Comme ce sentiment religieux a forgé sa personnalité et que sa communauté est une réalité, c'est le second cas qui se présente le plus souvent. J'aimerais entendre Gally là-dessus. La communauté juive a été martyrisée depuis deux mille ans. C'est le repli sur elle-même dans une solidarité communautaire qui lui a permis de survivre.

De la même manière que la prise de conscience des femmes d'appartenir à une division particulière de l'humanité, bien plus réelle encore que la division religieuse, peut lui apporter un vrai mieux être, elle peut également braquer les hommes dans l'impression que les "bonnes-femmes" sont vraiment des "fouteuses de merde", et entraîner des excès de représailles pire que les anciens.

Il faut bien comprendre ce qu'est une communauté. Une communauté c'est d'abord un sentiment d'appartenance qui s'exprime dans une gradation qui va du plus grand relativisme au plus grand absolu, donc d'une frange floue au noyau dur. La réalité de la société, c'est la présence d'un grand nombre de communautés qui interagissent. L'idéal est que cette interaction prenne la forme d'un dialogue que l'on pourrait apparenter à la laïcité. La laïcité est un espace de dialogue où s'expriment les franges libérales des communautés, pas le noyau dur de celles-ci qui n'aspirent qu'au monologue. C'est dans ce nomandsland intellectuel que naît réellement la conscience d'une humanité qui se rassemble sur des valeurs de solidarité extra-communautaires.

La notion de tolérance implique et contient en elle-même la notion d'intolérance.

La notion de tolérance est à géométrie variable. Ce sont les normes de la société où elle s'applique qui en définit les termes et donc ce qui n'est pas tolérable. L'exemple le plus représentatif est probablement l'Allemagne sous le régime nazi. Quand une population sous influence admet les normes du plus grand nombre et de ceux qui la gouvernent, les termes de la tolérance basculent, et les portes des camps de la morts se referment sur ceux qui ne sont plus tolérés.

Est-ce que les religions oppressent les femmes, ou est-ce les hommes qui instrumentalisent les religions pour oppresser les femmes ?

Je continuerai plus tard ...

Pierre Meur
***

Nombre de messages : 125
Age : 62
Date d'inscription : 27/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les droits des femmes devant les fondamentalismes religieux

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum